Connexion

Barre de recherche

Editorial

Darwin et Schumpeter (BULL-ATOS, ALCATEL-NOKIA)

 

Il y a 10 ans (déjà) la FEB et l’AHTI organisaient une présentation des deux grands projets industriels IT des 30 glorieuses, GCOS 7 (BULL) et E10 (CIT ALCATEL).

Deux événements récents concluent la longue évolution de l’industrie des télécoms et de l’informatique française : BULL intégré dans ATOS et ALCATEL LUCENT vendu à NOKIA.

Sans exagérer l’analogie de l’histoire de ces deux champions hexagonaux des années 1970/1980, on trouve cependant pas mal de points communs, liés la fois au contexte général de l’évolution mondiale de l’IT, mais également à l’histoire mouvementée de nos deux champions.  

Il faut se souvenir des ambitions de l’industrie européenne des T.I.C. du début des années 1980 : des 12 européens [1] de la table ronde créée à l’initiative d’Etienne DAVIGNON, combien sont encore vivants aujourd’hui, que ce soit en informatique ou en télécom ? Mais plus grave : combien de nouveaux grands européens sont nés depuis l’époque où sont apparus CISCO, ORACLE, DELL, MICROSOFT, APPLE, SUN, etc…?

Parmi les nombreuses difficultés communes à ALCATEL et à BULL, il y eu les nombreuses fusions et acquisitions impliquant la multiplicité des lignes de produit à supporter (la R&D étant autant consacrée à la cohérence de l’offre et au support qu’à la vraie innovation). Et puis nos deux champions ont vécu les difficultés de rapprochement sinon fusions avec des sociétés américaines.

Mais quel contraste avec l’histoire de NOKIA, ce papetier issu d’un petit pays qui a réussi plusieurs mues complètes jusqu’à dominer le monde des portables mobiles, avant d’avoir le courage de tout larguer quand il était encore temps pour rebondir une nouvelle fois !

Il est frappant de comparer les parcours de nos deux anciens champions avec celui de NOKIA (voir Wikipédia pour son histoire générale). Disposant d’un savoir-faire industriel général en électronique (télévisions, terminaux), et après un démarrage dans le domaine des mobiles en 1987, NOKIA a jeté par-dessus bord toutes ses activités annexes pour se consacrer au GSM … et devenir le leader mondial des portables en 1998 pour le rester jusqu’en 2011. N’ayant pas bien réussi son virage vers les smart phones, NOKIA a abandonné son OS maison (Symbian) au profit de Windows phone (Microsoft) pour finalement céder sa division mobiles à Microsoft en 2013. Pour un petit pays tel que la Finlande (5,5 millions d’habitants) NOKIA est un symbole national majeur. La cession de sa division de terminaux mobiles s’est accompagnée de suppression de milliers d’emplois en Finlande. Mais en parallèle, Nokia a démarré la reconstruction de son entreprise en rachetant les parts de SIEMENS dans NOKIA Siemens Networks (NSN), dédiée aux infrastructures mobiles. L’achat d’ALCATEL LUCENT va conclure la mutation réalisée à marche forcée de NOKIA.

Ainsi va le cycle darwinien des grandes entreprises. Mais le rythme d’évolution des entreprises de l’IT est en moyenne beaucoup plus rapide que celui des secteurs plus traditionnels : survivre dans ce domaine suppose une très grande agilité, souvent peu compatible avec une taille et une domination mondiale du marché, sans parler des aspects plus politiques et des relations avec l’Etat. Peut-être que NOKIA est une exception ?

Philippe Picard



[1]     GEC, ICL, Plessey, AEG, Nixdorf, Siemens, Bull, CGE, Thomson, Olivetti, Stet, Philips

Ce vingtième cahier de l'AHTI s'ouvre sur un long témoignage recueilli auprès de Jacques Stern en 2014 et 2015. Il fallait bien deux entrevues de plusieurs heures pour pouvoir aborder et commencer à cerner une partie des nombreux développements et réalisations, tant dans le monde de l'informatique que dans celui des télécommunications, auxquels a pris part, a assisté ou qu'a conduits Jacques Stern. Organisées à l'initiative de Jacques Printz, ces rencontres avec celui qui fut notamment le fondateur de la SESA puis le Président de BULL au cours de la décennie 1980 permettent de (re)découvrir des enjeux technologiques, industriels, économiques mais aussi politiques et internationaux complexes qui traversent les années 1960-1990. Jacques Stern livre souvent sans ambages sa perception d'une époque bouillonnante et parfois turbulente, aux ambitions nationales fortes. Ses mémoires de la période, de ses évolutions, de ses acteurs et son parcours témoignent encore s'il en est besoin de l'étroite intrication à la fois technique mais aussi humaine entre informatique et télécommunications, qui donne une fois de plus tout son sens au projet de l'AHTI de rassembler acteurs et historiens des télécommunications et de l'informatique.

L'entretien avec Jacques Stern par l'ampleur des thématiques couvertes (expérience au STTA, création de la SESA, programme ESPRIT, expérience chez BULL, regard sur la politique industrielle française dans ces années, relations avec les armées, etc.) fait resurgir des débats sur les trajectoires de l'innovation qui sont loin d'être clos et fait apparaître en filigrane des pistes de recherche stimulantes, comme celle sur la place des stratégies et services commerciaux, qui trouvent un écho dans le témoignage de Philippe Picard sur le début des activités de marketing pour le secteur des télécommunications professionnelles à la DGT - de la création de la sous-direction de la téléinformatique et des réseaux spécialisés à la création de la société Transpac.

Jacques Stern évoque également au fil de ses mémoires ceux qui ont accompagné son parcours (sans oublier ceux qui ont mené le leur dans d'autres directions, parfois adverses). On y croise Henri Benmussa, et surtout Jean-Pierre Brulé auxquels ce bulletin consacre, ainsi qu'à Roger Légaré, sa rubrique In Memoriam.

Valérie Schafer

 

Sommaire du cahier 20

Entretien avec Jacques Stern

            Glossaire

Les débuts du marketing des télécommunications professionnelles 1968-1978

            Le contexte de départ

            La création d’une organisation ad’hoc

            Fonctions marketing

            La gestion des produits de base et « galops d’essai »

            Les autres produits TRS

            Le volet industriel

            A la recherche du Graal : vers un réseau public de données

            Annexes

In memoriam

 Aller au cahier n°20


Site de l'AHTI: Designed by M.L. & L.R.